Pourquoi Bruno Le Maire parle-t-il de 140.000 immigrés clandestins arrivés en France depuis le début de l’année ?

Bruno Le Maire, invité de C Politique (capture d'écran)

Bruno Le Maire, dimanche soir dans C Politique (capture d’écran)

Invité de l’émission C Politique de Caroline Roux dimanche, Bruno Le Maire était interrogé sur la problématique de l’immigration en France, après la visite de Marine Le Pen à Calais. Le candidat à la primaire UMP y a notamment avancé le chiffre de 140.000 immigrés clandestins arrivés en France depuis le début de l’année.

La déclaration :

“On est en train de rentrer dans un monde totalement différent. Il y avait 60.000 immigrés clandestins en 2013 qui sont venus en France. Depuis début 2014, alors qu’on n’est même pas encore à la fin de l’année, il y en a 140.000.

La réalité c’est que le délitement de tous les états, en Afrique du nord, en Syrie, en Irak, au Moyen-Orient, l’islamisme, la menace terroriste, la misère dans ce pays, font arriver sur notre continent européen des dizaines et des centaines de milliers de personnes.”

(Regarder l’interview, à partir de 40:50.)

Une erreur géographique

140.000 immigrés clandestins en France depuis janvier ? Impossible de retrouver la trace de ce chiffre. Contacté, le cabinet de Bruno Le Maire reconnaît que le député a fait une erreur en parlant d’immigrés clandestins arrivés en France. Il s’agirait en fait des migrants débarqués sur les côtes italiennes ces deux dernières années, c’est-à-dire arrivés illégalement dans l’espace Schengen. L’information proviendrait selon l’équipe du député de l’Eure d’une note confidentielle de la Police de l’air et des frontières (PAF) française, révélée par le Figaro début août. Ces chiffres n’apparaissent pourtant nulle part dans l’article en question.

Des chiffres vraisemblables

Pourtant, le chiffre de 140.000 entrées illégales en Italie depuis le début de l’année correspond bien à une réalité. L’Agence européenne pour la gestion de la coopération opérationnelle aux frontières extérieures, Frontex, a mis en ligne une carte des flux migratoires vers l’Union européenne. Cette carte indique le nombre de passages clandestins de la frontière entre janvier et septembre 2014. En prenant en compte les deux flux qui arrivent en Italie, soit 134.272 pour la Méditerranée centrale et 7.751 pour les Pouilles et la Calabre, on obtient un total de 142.023 migrations clandestines.

Capture d’écran 2014-10-29 à 18.12.40

L’augmentation entre 2013 et 2014 est même encore plus forte que ce que dénonce Bruno Le Maire, puisqu’en additionnant les chiffres donnés par Frontex, on arrive à un total de 45.298 immigrants arrivés clandestinement en Italie l’année dernière, et pas 60.000.

Une augmentation des migrations vers l’Europe

Le point indiscutable de la déclaration de Bruno Le Maire, c’est donc la très forte augmentation du nombre de migrants arrivés en Europe ces derniers mois.

Arrivées illégales dans l'espace Schengen

Difficile en revanche de chiffrer précisément la part de ces migrants qui s’installent ou transitent par la France. La note de la PAF citée par le Figaro, qui se concentrait principalement sur l’arrivée de ressortissants érythréens dans l’Hexagone, explique tout de même que l’augmentation des arrivées en Europe fait peser une pression de plus en plus importante pour la France.

Pour prendre l’exemple des Erythréens, 694 d’entre eux ont été interpellés en avril, contre 68 entre janvier et mars. Le bond du nombre de migrants à Calais, près de 2.300 aujourd’hui alors qu’ils étaient 1.500 à la fin de l’été, reflète également cette pression grandissante. •

Hélène Millard